Flotté - décalé, Saint-Sulpice-Laurière

Médiathèque

4 Rue du Dix Neuf Mars 1962
87370 Saint-Sulpice-Laurière

LogoFacLim

Exposition du 25 août au 26 octobre 2020

Samedi 26 septembre 2020 : sortie de résidence des artistes Jean Bonichon et Lidia Lelong,
à partir de 16h et jusqu'à 20h, pot de l'amitié à 19h
Gîte municipal, rue de l'Espérance, Saint-Sulpice-Laurière.



Residence web
Résidence d'artistes "La croisière de l’art", Vacances apprenantes – Été 2020
La résidence « La croisière de l’art » est portée par le FRAC-Artothèque Nouvelle-Aquitaine en partenariat avec la commune de Saint-Sulpice-Laurière dans le cadre du programme « Vacances apprenantes » mis en place et financé par le Ministère de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports, du Ministère de la Culture et de la DRAC Nouvelle-Aquitaine.
En savoir plus sur "La croisière de l'art" : ici
La commune de Saint-Sulpice-Laurière est adhérente depuis 6 ans au FACLIM (Fonds d’Art Contemporain des Communes du Limousin), réseau de communes essentiellement rurales géré et animé par le FRAC-Artothèque Nouvelle-Aquitaine. Située au Nord-Est du département de la Haute-Vienne et desservie par une ligne SNCF, la commune répond à l’invitation du FRAC-Artothèque en ouvrant un espace de résidence pour deux artistes, Jean Bonichon et Lidia Lelong. Ils sont accueillis dans le gîte municipal de grande qualité et disposent d’un espace d’atelier.
À cette occasion les artistes proposent une exposition à partir d'une sélection d'oeuvres des collections du FRAC-Artothèque à la Médiathèque de Saint-Sulpice-Laurière, 4 Rue du Dix Neuf Mars 1962.


> Samedi 26 septembre 2020 : sortie de résidence des artistes Jean Bonichon et Lidia Lelong,
à partir de 16h et jusqu'à 20h, pot de l'amitié à 19h, Gîte municipal, rue de l'Espérance, Saint-Sulpice-Laurière.

Étrangers à Saint-Sulpice-Laurière, nous sommes accueillis en pays inconnu ; si, en arrivant, nous ne savons ce que nous allons faire, nous sommes certains de vouloir travailler ensemble.
Escalier chausse-trappe, bloc sanitaire en fuste, reproduction quasi grandeur nature d'un paysage exotique, poutres apparentes et barres de métro sur la porte, le chalet saint-sulpicien nous abritera ici le temps de « La croisière de l'art ».

Cette bâtisse en bois a été réalisée lors d'une collaboration entre l'École Boule de Paris et Lycée des Métiers du Bâtiment de Felletin (construite pour un projet pédagogique par des lycées d'enseignements professionnels limousins).

De la construction alambiquée (du fait des exercices juxtaposés), nous avons extrait des travaux d'étudiants pour agencer nos propres réalisations ; comme le gîte, Paysage en méli-mélo, La bavarde, Le tartan Saint-sulpicien, L'haltèropéde, Chaussé-glissé, Cinq minutes de vacances, Morri(s)kado, Le canap'a dos, La cartouchière à jalousie, seront, Selon l'humeur, des œuvres praticables.

À échelle humaine, les pièces sont fabriquées en bois, métal et cuir, en collaboration avec des artisans du territoire. Les couleurs (le bleu, le jaune et le rouge) viennent souligner l'ambivalence plastique des objets imaginés.

Pas vraiment utilitaires ni commodes, jupe, chaussures, sac à dos, et autres coiffes feront une occasion de séance d'essayage par les habitants présents le 26 septembre où chacun prendra son attitude propre avec les sculptures.

Une série de photographies des expérimentations deviendra le répertoire de ces micro architectures portatives.

Lidia Lelong & Jean Bonichon, 11 septembre 2020, Saint-Sulpice-Laurière.

 

> Exposition Flotté - décalé à la Médiathèque, 4 Rue du Dix Neuf Mars 1962, 87370 Saint-Sulpice-Laurière

Avec les œuvres de :
Florent Contin-Roux, Marion Robin, Guillaume Viaud.
Œuvres des collections du FRAC-Artothèque Nouvelle-Aquitaine et du FACLIM.

" Flotté-décalé " présente les œuvres de Florent Contin-Roux, Marion Robin et Guillaume Viaud.
Bien que les techniques d'élaboration soient différentes (peinture, photographie et performance), les trois artistes convoquent le paysage et l'extérieur sous le mode du décalé.
Les « rochers » flottants de Ames, peinture de Florent Contin-Roux issue de la série Landscape / Escape, semblent s´échapper du paysage comme du support de la toile pour danser et léviter dans l'espace d'exposition.
Dans sa Maison démontable, Marion Robin transpose par la peinture des fragments de maison et utilise un procédé d'aberrations pour les replacer afin d'obtenir un plan cohérent bien que morcelé dans l'espace.
C'est en portant lui-même son objet performatif Walking Piece, que Guillaume Viaud capture dans un cube en miroir les allées du jardin de Giverny. Les facettes renvoient des instantanés fugitifs du décor floral cher à Claude Monet.
Les trois artistes nous leurrent ; en créant un décalage ils jouent avec l'espace, la couleur, le paysage imaginaire ou réel et dupent notre perception familière.

Jean Bonichon & Lidia Lelong, août 2020.

 

Les artistes de la résidence :
Jean BONICHON : http://www.reseaux-artistes.fr/dossiers/jean-bonichon?lng=fr
Jean Bonichon est un artiste français né en 1973 à Montluçon.
Sa pratique artistique protéiforme touche aussi bien la sculpture, l’installation, la scénographie, la vidéo, la photographie, la performance, le dessin de l’écriture/langage. Il joue des médiums pour proposer des oeuvres combinatoires sous le mode du décalé, de l’absurde, de l’association incongrue, de l’humour souvent grinçant, le tout nourri d’une forte charge poétique. En 2016 il a été sélectionné dans le “Voyage à Nantes”. Il a exposé son travail à de nombreuses reprises en Nouvelle-Aquitaine et en Europe et a été sélectionné pour plusieurs résidences, dont la dernière en 2019 à Hendaye.
En 2020 il est le commissaire d’exposition pour l’événement “L’Art en Lieux”, en collaboration avec les collections du FRAC-Artothèque Nouvelle-Aquitaine, à Royère-de-Vassivière. On peut retrouver ses oeuvres dans les collections du FRAC-Artothèque Nouvelle-Aquitaine.

Lidia LELONG : https://lidialelong.com
Lidia Lelong vit et travaille à Saint Léonard de Noblat en Haute-Vienne. Elle a pratiqué plusieurs techniques, notamment la céramique, avant de se consacrer à la sculpture et aux installations, en recourant essentiellement au bois. Lors de ses nombreux voyages, elle a collecté un catalogue de formes, souvent empruntées à l’environnement urbain et à l’architecture, lesquelles ressurgissent dans ses travaux, transposées dans des matériaux autres que ceux du modèle initial. Elle a exposé son travail à de nombreuses reprises en Nouvelle-Aquitaine et à l'international comme par exemple en 2015 “Gänseblümchen”, à la galerie Lavitrine à Limoges puis en 2017 “Cf. Porosités”, à l’Espace Jules Noriac, Limoges.
United Kingdom Free Bets Bookmakers
Revew WillHill Here 100% bonus

Ladbrokes check here

Review Betfairclick here bonus